Les villes moyennes (1/3) : une crise de vocation !

Il faut sauver les villes moyennes ! Ce constat des élus locaux est en passe de devenir le nouveau mot d’ordre de l’exécutif en matière d’aménagement du territoire. Soucieux de ne pas apparaître comme le gouvernement des Métropoles, il vient d’annoncer un plan de cinq milliards pour revitaliser 222 villes moyennes, touchées en plein cœur.

L’occasion idéale pour aborder ce sujet qui nous est cher. Après l’avoir traité avec les étudiants de Sciences Po et Manon Loisel, Partie Prenante vous propose un billet de blog en trois volets :

  1. Les villes moyennes : une crise de vocation !
  2. Quelles politiques pour les villes moyennes ?
  3. Réinventer les villes moyennes, oui mais comment ?

Pour commencer, revenons sur le diagnostic. Les villes qu’on dit moyennes vont-elles si mal ? Quels sont les facteurs qui expliquent le déclin annoncé ? Bref, quel est le problème avec ces territoires trop souvent regardés avec condescendance ou misérabilisme ?

On a tous en nous quelque chose de villes moyennes

« La catégorie « villes moyennes » n’a plus de sens » affirmaient Daniel Béhar et Philippe Estèbe dans Libération en 2014, soulignant le processus de différenciation à l’œuvre pour les 200 villes françaises qui comptent de 20 000 à 100 000 habitants. Entre les villes progressivement intégrées aux systèmes métropolitains (Albi, Sète, Creil, Bourg-en-Bresse, etc.), les agglomérations qui revendiquent leur influence sur des départements ruraux (Aurillac, Quimper ou Cahors) et les territoires touchés de plein fouet par la désindustrialisation (de Forbach à Chateauroux, de Fécamp à Nevers), l’archétype de la ville moyenne serait une espère en voie de disparition… ou d’éclatement !

Certes, toutes les villes moyennes ne sont pas dans le même état. Mais le plan Mézard montre que la catégorie a gardé de son efficacité politique. Si aucune agglomération ne se revendique explicitement comme une « ville moyenne », ce label conserve une forte capacité évocatrice. Associé à l’enfance, aux vacances ou aux photos de Depardon, on a tous en nous un peu de villes moyennes …

Mais ce qui caractérise aujourd’hui les villes moyennes dans le débat public, c’est avant tout la crise qu’elle traverse. Ou plutôt les crises, car le discours sur le déclin de ces territoires désignent en réalité trois phénomènes distincts.

Une crise des « chefs-lieux »

Le première phénomène concerne la crise des « chefs-lieux ». Qu’elles soient préfecture, sous-préfecture ou chef-lieu de canton, les villes moyennes se sont longtemps pensées comme des capitales. Elles avaient pour ainsi dire le monopole de la centralité, sur un bassin de vie rural plus ou moins étendu. Elles constituaient une pièce maitresse de l’armature urbaine française et du maillage des services publics.

Entre l’hopital, le tribunal, le lycée, le théâtre, les services déconcentrés de l’Etat… les villes moyennes se sont longtemps distinguées par la forte présence des équipements et administrations publiques. Elles sont aujourd’hui les premières touchées par le processus de « rationalisation » des cartes administratives, judiciaires ou hospitalières.

Carte des « sous-préfectures en danger » @Challenges 2014

Au-delà de ce retrait de l’Etat, la crise des chef-lieu résulte d’une transformation de la place qu’occupent les villes moyennes dans nos systèmes territoriaux. Quand les mobilités individuelles explosent, la notion pyramidale « d’armature urbaine » perd de sa pertinence. La ville moyenne cesse d’être le point de passage obligé entre la campagne et la grande ville. Dans l’Ain comme dans le Tarn, les ruraux n’ont plus besoin de se rendre à la ville-préfecture pour accéder aux ressources métropolitaines de Lyon ou Toulouse, que ce soit pour faire ses études ou aller voir un match de football. Inversement, les parisiens n’ont plus besoin de faire étape par Nogent-le-Rotrou pour passer le week-end dans le Perche ou par Nevers pour aller dans le Sud le long de la RN7.

Une crise de l’offre commerciale

Le deuxième phénomène porte sur la crise de l’offre commerciale. Celle-ci résulte d’un décalage croissant entre deux tendances contradictoires : la stagnation de la consommation des ménages d’une part, la fuite en avant dans la production de nouvelles surfaces commerciales d’autre part. Cet effet de ciseaux entre l’offre et la demande se traduit par une hausse de la concurrence entre les enseignes et par une baisse du chiffre d’affaire par mètre carrés, comme le rappelait Pascal Madry lors d’une conférence organisée par la fondation Jean Jaurès.

Vu le taux de croissance des achats en ligne et le dynamisme des plateformes numériques comme Amazon, on peut faire l’hypothèse que cette crise n’en est qu’à ses prémisses. Elle ne se limite d’ailleurs pas aux centres des villes moyennes. Elle est aussi à l’œuvre sur les zones commerciales d’entrées de ville, dans les bourgs comme dans les métropoles.

Ce phénomène est souvent résumé à la hausse de la vacance commerciale. Mais il entraine aussi la diffusion des franchises, aux dépens du commerce indépendant et des artisans de qualité. Autant de symptômes qui mettent à mal la fonction traditionnelle des rues piétonnes de villes moyennes… et qui enclenche un cercle vicieux sur le désintérêt des consommateurs potentiels pour ces cœurs de ville.

Une crise des centres

Le troisième phénomène désigne la crise des centres-villes par rapport à la périphérie. Ce mouvement centrifuge caractérise les villes moyennes comme les plus petits bourgs. Alors que les métropoles se distinguent par un attrait renouvelé pour leurs centres, la plupart des villes font face à une désaffection croissante de leur cœur historique.

Pointé du doigt pour le tissu commercial, ce départ vers la périphérie est tout aussi marqué pour l’habitat. Pour les ménages, ce choix du périurbain est souvent le signe de l’ascension sociale : il est synonyme d’accès à la propriété, à une maison, à un jardin… « Ceux qui restent dans les centres sont les jeunes, les retraités et, de façon plus générale, les pauvres » constate le spécialiste du logement Jean-Claude Driant, dans Alternatives économiques.

Le mouvement centrifuge se transmet aussi aux activités économiques voire aux grands équipements. Nombreuses sont les agglomérations qui continuent d’aménager des zones d’activité en entrées de ville, qui y relocalisent la piscine, le cinéma… ou le siège de l’intercommunalité. Là encore, l’apparition de nouvelles polarités en périphérie bouscule la vocation des cœurs de villes. Que reste-t-il à la centralité historique, au-delà d’un patrimoine bâti en plus ou moins bon état ?

Les centres des villes moyennes, futures friches urbaines ?

Les cœurs de villes moyennes apparaissent comme l’espace de superposition de ces trois crises. Les mêmes facteurs se retrouvent partout, mais les effets produits varient selon les territoires. Dans les régions les plus attractives, les conséquences de ces crises sont masquées – ou compensées – par d’autres dynamiques. C’est dans les territoires en déclin, tant économique que résidentiel, que les symptômes sont les plus marqués.

Mais si la charge symbolique de ces symptômes est aussi forte, c’est qu’ils viennent percuter de plein fouet notre imaginaire « enchanté » des villes moyennes, résumé en leur cœur. Et si ces espaces considérés comme l’archétype de la ville à taille humaine, du vivre-ensemble et de la vitalité de nos territoires étaient en train de devenir de vastes friches urbaines ? Car c’est bien de cela dont il s’agit quand on parle de vacances : des friches laissées à l’abandon, éclatées en morceau, mais en plein cœur de nos villes !

Dans un sens, on pourrait dire que la situation des cœurs de villes moyennes est une crise paysagère, comme l’ont connue les métropoles trente ans plus tôt avec les friches industrielles. Mais elle est loin de se limiter à cela. La déprise des centres a un impact direct sur les condition de ceux qui y vivent. Pire, elle accroit le sentiment de déclassement de ceux qui n’ont d’autres choix que d’y rester.

Mais alors, quelles fonctions pour les villes moyennes ?

Répétons-le : ces trois crises ont chacune leurs causes et leur géographie. Mais elles ont un dénominateur commun : elles viennent, chacune à leur manière, remettre en cause la vocation traditionnelle des cœurs de villes moyennes.

A quoi sert un centre de ville-moyenne ? Quelles seraient les fonctions programmatiques qu’on devrait y trouver ? A quelle(s) demande(s) ces espaces peuvent-ils offrir une réponse ? Dans ce contexte en pleine mutation, il devient de plus en plus difficile de répondre à ces trois questions.

C’est pourtant l’enjeu majeur des villes moyennes pour les années à venir. Espérons que le plan « Action cœurs de villes » et l’intérêt collectif qu’il suscite puisse contribuer à faire avancer la réflexion. C’est ce que nous verrons dans les deux prochains volets de ce billet de blog…

 

Pour rester informé de nos publications, suivez-nous sur Twitter @nicolasrio2 ou sur LinkedIn.